Une Charte pour encadrer les activités jeunesse

Les associations chrétiennes impliquées parmi les enfants et les jeunes réagissent à leur exclusion des subventions de l’OFAS

En 2014, l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS) décidait de couper les subventions aux associations chrétiennes actives parmi les enfants et les jeunes, leur reprochant d’être avant tout des œuvres de type « missionnaires ». A travers une Charte, ces associations souhaitent désormais s’engager sur les principes qui régissent leur engagement, afin de clarifier leurs motivations, leurs objectifs et leurs méthodes.

 

La décision de l’OFAS de couper les subventions à une douzaine d’organisations chrétiennes impliquées parmi les enfants et les jeunes a durement atteint ces associations. Ce revirement a en effet laissé derrière lui un trou de CHF 670'000.- pour ces organisations. Selon l’OFAS, cette décision se justifie parce que ces associations auraient essentiellement pour but de transmettre la foi chrétienne à la jeune génération, un but qui n’entrerait pas dans le cadre des activités soutenues d’après la Loi sur l'encouragement de l'enfance et de la jeunesse. Or il convient, selon l’OFAS, à avoir une approche globale du développement des enfants et des jeunes et de ne pas instrumentaliser les activités à des fins religieuses. Les associations concernées par cette décision ont recouru – en vain jusqu’à présent – au Tribunal fédéral administratif.

Un engagement à la transparence
Se sentant incomprises, les associations visées ont décidé de rédiger la Charte pour le service chrétien parmi les enfants et les jeunes, dans laquelle leurs objectifs et leurs principes d’action sont présentés de manière transparente. Elles espèrent ainsi non seulement lever tout malentendu, mais aussi progresser verse une communication plus claire et compréhensible par le grand public.

Permettre le développement des personnalités de chacun
Au cœur de la Charte, on trouve l’affirmation que le service chrétien parmi les enfants et les jeunes promeut leur développement de manière holistique. En présentant ainsi leur engagement, les associations chrétiennes ne cherchent pas premièrement à satisfaire les exigences de la Loi sur l’encouragement de l’enfance et de la jeunesse. Ce but découle en réalité directement des convictions chrétiennes, qui se traduisent par une volonté de favoriser le développement de la personnalité du jeune, de ses compétences sociales et d’une attitude respectueuse envers la nature. Pour les associations signataires de la Charte, le développement par la rencontre avec une spiritualité chrétienne fait partie de cette approche holistique. Aborder les questions concernant la foi et le sens de la vie répond aussi à un besoin fondamental des enfants et des jeunes. La Charte précise également l’attachement des signataires à l’Etat de droit, à la liberté de religion et d’expression, à la non-discrimination, à la prévention ou encore au principe de participation.

Une contribution précieuse à la société
Un sondage représentatif commandé par le SEA∙RES au début de l’année est venu rappeler toute l’importance que la population suisse accorde aux camps chrétiens. Pas moins de 45% des parents interrogés ayant déjà envoyé leurs enfants dans des camps de jeunes, affirment opter pour des camps chrétiens si l’occasion se présente. La Charte vient expliquer en quoi les activités chrétiennes évangéliques parmi les enfants et les jeunes cherchent à représenter une contribution précieuse à la société.

La Charte sera présentée au public le 19 mai 2016 au hiphop center de Wankdorf (BE).

 

Fichier attachéTaille
Communiqué du 19 avril.pdf218.48 Ko