L’AEM pleure l’assassinat des membres de la famille du leader de l’Alliance évangélique centrafricaine

L’AEM pleure l’assassinat des membres de la famille du leader de l’Alliance évangélique centrafricaine et réitère son appel à la Prière pour la Paix
Au cœur de la dernière éruption de violence en République centrafricaine (Centrafrique), l’Alliance Évangélique Mondiale (AEM) a appris que le plus jeune frère et le neveu du Rev. Nicolas Guérékoyamé, Président de l’Alliance évangélique centrafricaine, font partie des victimes tuées par les rebelles la semaine passée. Rev. Guérékoyamé est l’un des initiateurs de la Plateforme Interreligieuse pour la Paix qui a reçu le prix Sergio Vieira de Mello en 2015 pour leurs infatigables efforts de maintien de la paix et de réconciliation dans un pays déchiré par les conflits.

"Nous n’avons pas les mots pour dire à quel point nous sommes attristés par cette tuerie insensée des membres de la famille de notre cher ami Nicolas, qui est un exemple d’humilité, de sacrifice et de persistance dans sa quête pour la paix" exprimait l’évêque Efraim Tendero, Secrétaire Général de l’AEM. "Nous appelons l’Église du monde entier à continuer de prier pour la cessation des conflits en Centrafrique, particulièrement pour que le sang cesse de couler."

Il a été rapporté que trente-sept personnes ont été tuées, ainsi que plus d’une centaine de personnes ont été blessées à Alindao, à quelques 500 kilomètres à l’est de la capitale, Bangui. Des sources locales ont également déclaré que ces personnes ont très probablement été ciblées en raison du rôle du Rev. Guérékoyamé en tant que Président de l’Alliance évangélique.

Rev. Aiah Foday-Khabenje, Secrétaire Général de l’Association des Évangéliques en Afrique a dit : "Je suis attristé et choqué par les nouvelles de cette attaque fatale ciblée sur des leaders religieux qui ont démontrés leur courage et qui ont apporté de l’espoir aux gens de Centrafrique. Prions pour la grâce de Dieu et son réconfort aux familles. Je ne comprends pas comment un petit groupe de personnes voulant faire le mal, dans cette petite nation, puisse continuer de défier la volonté de paix collective du reste du monde, telle que voulue par les Nations Unies. Assurément, l’ONU se doit d’être une force du bien et doit se lever face au triomphe apparent des forces mauvaises de ce monde."

Même si les parties en conflits semble être divisées selon des lignes religieuses et bien que les médias internationaux ont souvent laissé entendre que ce conflit étant fondé sur des motifs religieux, l’AEMa à maintes reprises souligné qu’en réalité, la cause première est de nature socio-politique et que la religion a été instrumentalisée de manière abusive à des fins politiques.

Ensembles, l’Imam musulman Oumar Kobine Layama, l’Archevêque Catholique Romain Mgr. Dieudonné Nzapalainga et le Rev. Guérékoyamé ont fondé la Plateforme Interreligieuse pour la Paix afin de promouvoir la paix et la réconciliation entre les différents groupes impliqués dans le conflit. Ils ont d’abord rencontré des gens du pays dans des villages reculés pour promouvoir la tolérance et la paix, et encourager la prière et l’amitié avec les gens de Centrafrique et d’autres pays. Ces hommes, qui appartiennent à trois confessions différentes, continuent d’agir et de s’engager pour la paix ensemble, et fournissent la preuve concrète qu’une amitié et que la confiance entre leaders de différentes confessions est possible.

Voyageant nationalement et internationalement, les trois religieux ont commencé à gagner l’attention des leaders majeurs et des publications médiatiques grâce à leur message authentique de sympathie et de respect. En 2014, ils ont été listés par le Time Magazine parmis les "100 leaders les plus influents." Avec le support de l’AEM et d’autres partenaires, ils ont également plaidoyer pour une intervention internationale devant les Nations Unies et ont appelé à une Mission de maintien de la Paix– un appel qui fut entendu avec la création de la MINUSCA en 2014, une mission de l’ONU qui fut déployée en Centrafrique afin de maintenir l’ordre dans la région et contribuer à la paix, à la réconciliation à la fin de la violence.

"Priez pour le Pasteur Nicolas et sa famille, afin que Dieu leur apporte du réconfort durant cette période difficile de deuil. Mais priez également que tous ces sacrifices ne soient pas vain et qu’ une paix durable puisse s’établir en République centrafricaine," déclarait l’évêque Tendero.