Les familles favorables au financement public des camps chrétiens

L’Office fédéral des assurances sociales (OFAS) a supprimé les subventions en faveur des camps d’enfants et de jeunes organisés par des associations chrétiennes évangéliques, leur reprochant que ces camps soient avant utilisé pour du prosélytisme. La population suisse voit toutefois les choses d’un autre œil. De nombreux parents apprécient ces camps et y envoient leurs enfants, comme le démontre un sondage représentatif publié aujourd’hui.


Genève / Zürich, le 12 janvier 2016 (th/mm) – Depuis 2014, l’OFAS a décidé de couper les subventions à plusieurs organisations chrétiennes organisatrices de camps de jeunes et d’enfants. Au total, 670'000.- CHF de subventions n’ont ainsi plus été allouées à ces activités. Selon l’OFAS, ces camps poursuivent uniquement un objectif missionnaire et instrumentaliseraient les enfants dans le but de les voir se convertir. Les recours déposés contre ces décisions de l’OFAS n’ont pas abouti. Deux appels devant le Tribunal administratif fédéral ont vu les plaignants être déboutés. D’autres procédures sont encore en cours. Cette décision est une injustice, selon les associations chrétiennes concernées. En effet, les camps chrétiens ont une approche holistique du développement de l’enfant et du jeune. La rencontre avec la spiritualité chrétienne fait partie des objectifs poursuivis, mais avec un grand respect pour la liberté de conscience de chacun. Le public d’ailleurs ne s’y trompe pas, puisque ces camps sont très largement appréciés par la population, comme le montre un sondage représentatif publié aujourd’hui par gfs-zürich sur la demande du Réseau évangélique suisse (SEA∙RES).

Un tiers des interrogés choisissent les camps chrétiens
A la question de savoir s’ils enverraient leur enfant dans un camp qui comprendraient aussi la présentation d’histoires bibliques, 42% des interrogés ont répondu oui ou plutôt oui. 33% disent non ou plutôt non. Parmi les personnes interrogées ayant eux-mêmes des enfants, la réponse positive monte même à 48%. 28% des personnes interrogées choisiraient de préférence un camp chrétien, s’ils avaient le choix.

Les bénéficiaires des camps sont aussi les plus convaincus
Les personnes qui ont elles-mêmes pris part à un camp chrétien sont très majoritairement favorables à ces camps. L’enquête montre aussi que les parents envoient leurs enfants dans ces camps dans le but qu’ils puissent y passer de bons moment avec d’autres enfants, faire des activités (sportives), développer leur autonomie et leur sens des responsabilités. Effectivement, c’est non seulement la rencontre avec la foi chrétienne, mais aussi de manière générale le bon développement de la personnalité et des compétences sociales de l’enfant que  recherchent les organisateurs de ces camps. Des formations continues sont également dispensées aux encadrants afin d’atteindre ces objectifs.

Une charte sera prochainement publiée
Suite à ces divergences avec l’OFAS, les associations chrétiennes actives parmi les enfants et les jeunes ont travaillé sur une Charte dans laquelle elles s’engagent sur leurs valeurs, leurs objectifs et leur manière de travailler.

Les résultats détaillés du sondage sont disponibles auprès de gfs-zürich.