#tousmigrants : Donner des visages à la crise migratoire

La crise migratoire que connaissent nos sociétés européennes depuis 2014 suscite nombre de questions. La campagne StopPauvreté apporte sa pierre à la réflexion. Elle propose un livre #tousmigrants, complété par des clips vidéo et capsules audio qui retracent les parcours de vie de migrants. L’occasion de souligner que, derrière les chiffres de la migration, il y a chaque fois une personne et une histoire chargée d’humanité.

La campagne StopPauvreté publie un nouveau livre : #tousmigrants. En collaboration avec des ONG chrétiennes de France et de Suisse, la journaliste Gabrielle Desarzens a récolté des récits de vie de migrants, puis raconté leurs trajectoires. Au travers de 15 narrations, on découvre le visage de personnes, qui deviennent proches et dont on partage les tragédies. « Cela a été un privilège pour moi de recevoir leur témoignage, comme une confiance accordée, explique la journaliste. J’ai vécu de beaux moments d’humanité partagée : quand quelqu’un m’a parlé de sa souffrance, je l’ai portée un bout avec lui, jusqu’à la déposer dans ces pages. »

Après Parole aux pauvres (2008), Parole aux jeunes (2010) et Paroles aux femmes (2014), Gabrielle Desarzens, journaliste à RTSreligion, donne, pour la quatrième fois dans un livre, la parole à des femmes et à des hommes qui, la plupart du temps, sont sans voix. Victimes des violences de guerre, de la barbarie djihadiste, de violations des libertés politiques et religieuses les plus fondamentales, ces migrants nous font découvrir les conditions humaines et sociales de pays comme la Syrie, l’Erythrée ou le Venezuela, de régions comme le Baloutchistan, le Tibet ou le Kurdistan irakien.

Donner la parole aux sans voix : une campagne crossmédia
#tousmigrants donne aussi à voir la réalité helvétique de l’asile par le portrait de personnes et de leur famille qui viennent d’arriver ou qui sont installées ici depuis plusieurs années déjà. Donner la parole aux migrants s’imposait dans un contexte où la crise migratoire fait oublier à beaucoup l’humanité profonde qui nous unit à tous les réfugiés sur l’ensemble de la planète. Depuis fin août, leur voix résonnent désormais sur les réseaux sociaux et le web par la publication hebdomadaire de clips vidéo et d’émissions radio. A l’exception d’un seul, aussi présent dans le livre, ce sont 13 autres témoignages qu’il est possible de découvrir sur les écrans ainsi que deux séquences musicales venues d’ailleurs. Le teaser de la campagne compte près de 17 300 vues sur Facebook.

Un rôle pédagogique
#tousmigrants s’inscrit dans le cadre de la campagne 2016-2017 de StopPauvreté. Cette campagne se développe au niveau national – ce livre est traduit en allemand – et vise à sensibiliser les habitants de nos pays aux tragédies qui se cachent derrière la migration, et à l’importance d’agir de manière chrétienne dans ce domaine.

 


19 novembre : StopPauvreté met sur pied une conférence sur la sortie de la crise migratoire
 
La campagne StopPauvreté organise le samedi 19 novembre à Berne une conférence nationale autour de la crise migratoire intitulée « Perspectives de sortie de crise ». Anja Klug, directrice du bureau suisse du Haut-Commissariat pour les réfugiés de l’ONU, et Maria Gattiker, responsable du Secrétariat d’Etat aux migrations, interviendront pour deux conférences : « L’intégration, un défi » et « Comment protéger les réfugiés sur le plan international, en Europe et en Suisse ? »
 
Différents ateliers en français, allemand et anglais permettront d’aborder des thèmes comme : « Apprendre le français par intégration progressive », « Intégration : projets actuels et bonne pratique ; échange d’expériences », « Vie multiculturelle dans les Eglises »,…
 
A l’occasion de cette journée, le livre #tousmigrants de Gabrielle Desarzens sera présenté au public.
 
Les organisateurs mettent sur pied un programme pour les enfants dès 7 ans et pour les ados.
Conférence nationale de StopPauvreté, 19 novembre, Berne, VonRoll-Areal, Fabrikstrasse 8. Plus d’infos : www.stoppauvreté.ch.